Mes chères impertinentes, mes chers impertinents,

Vous allez me dire « quel est le rapport entre le plaçou de dame Ségolène, ambassadrice des pôles Nord et Sud, et les campagnes contre les vaccinations obligatoires ? »

Simple, et vous allez voir, le rapport est direct.

Nous avons été des centaines à écrire à la Présidence de la République pour expliquer pourquoi nous étions farouchement opposés à la rémunération de Madame Royal pour ce genre de poste à un moment où d’abord, elle a liquidé ses droits à la retraite (normal) et où on demande de gros efforts au peuple de France.

La réponse de la Présidence vient de tomber et vous êtes en train de recevoir les réponses du Palais depuis hier.

La réponse de l’Élysée est sans ambiguïté : « Pour répondre à vos interrogations, je puis vous indiquer que la mission qui lui incombera ne sera pas rémunérée. »

Deux choses.

Bravo à chacune et chacun de vous pour votre mobilisation remarquable, citoyenne et surtout pleine d’intelligence, car c’est cela qui vient de faire la différence. C’est grâce à cela que VOUS avez gagné. Vous avez gagné quoi ? La dignité que les dirigeants doivent à leur population.

Pourquoi vous avez gagné ? Parce que vous avez rempli une pétition ? NON !

Pour gagner, il ne faut pas signer des pétitions mais écrire au Président ! C’est ce que l’on appelle la force de l’engagement.

Signer une pétition ou « liker » sur Facebook est un acte moderne, mais que l’on considère en terme marketing, commercial, psychologique comme très peu engageant car c’est très « facile » ! Très facile, et particulièrement sujet à quelques fraudes.

Bref, une pétition et des likes ne servent pas politiquement à grand-chose.

Lorsque vous êtes des centaines ou des milliers à prendre votre plume sous forme papier, ou numérique en écrivant un courriel à la Présidence de la République.

Lorsque vous déclinez votre identité complète.

Lorsque vous écrivez en faisant preuve d’une immense courtoisie que nous devons tous, par-delà nos opinions personnelles à la fonction incarnée par le Président en exercice.

Lorsque vous faites preuve d’une immense intelligence, de culture, de sagesse.

Alors, l’engagement qui est le vôtre est particulièrement fort.

On ne peut pas reprocher à un gouvernement de n’en faire qu’à sa tête, si nous le laissons en faire qu’à sa tête. Nous avons le droit et même le devoir d’écrire, inlassablement, ce que nous pensons quand nous ne pouvons plus accepter certaines choses.

Lorsque je vois fleurir toutes les pétitions contre les vaccins obligatoires, quand je vois tous les commentaires sur les forums ou les commentaires et courriels que je reçois de mes lecteurs, je peux vous assurer que vous ne ferez pas reculer le totalitarisme marchand avec une pauvre pétition sur un site spécialisé.

Se mobiliser demande un peu plus d’effort et d’engagement de la part de tous.

Cela ne passe pas forcément par des manifestations monstres qui n’impressionnent pas le pouvoir lorsqu’elles sont pacifiques.

Écrivez donc au Président.

Faites savoir ce que vous en pensez.

Cela aura un immense poids et je peux vous assurer que vous ferez reculer cette loi.

Nous pouvons gagner si nous manifestons massivement notre opposition non pas aux vaccins, et je n’ai aucune opposition de principe aux vaccins qui sont une avancée médicale majeure, mais à une vaccination massive, faite à partir de produits (et je parle des adjuvants) plus ou moins nocifs, au mépris le plus évident du principe de précaution, du principe de décision médicale éclairée des patients, et au mépris aussi de la santé publique en général mais au profit exclusif des bénéfices de quelques laboratoires.

Nous devons prendre le temps de la réflexion, de l’analyse, de l’explication, pour aller vers les meilleures décisions.

C’est cela qu’il faut exprimer, il faut l’exprimer chacun avec vos mots.

Mais il y a des règles de base.

Quand on écrit au Président de la République, on est d’une courtoisie évidente car nous respectons la fonction.

On décline son identité, on assume ce que l’on pense et ce que l’on dit. On ne se cache pas.

On argumente et on explique.

On informe le Président aussi sur ce qui lui est caché.

On met aussi en cause sa responsabilité, car si le Président veut prendre le risque de vacciner toute la population avec des produits sur lesquels de nombreux doutes existent, alors il ne doit pas pouvoir dire qu’il ne savait pas.

Ils sauront, et chacune de vos lettres sera autant de mise en garde pour le futur.

Chacun doit assumer ses actes.

Cette histoire de vaccination ne peut pas être une nouvelle affaire du sang contaminé où ils (nos mamamouchis) se sont considérés comme « responsables mais pas coupables ».

Il ne tient qu’à nous, à vous, d’écrire, encore et encore, pour qu’ils sachent bien que nous les tiendrons pour responsable et coupable car ils savaient et que c’est en toute connaissance de cause qu’ils auront fait le choix des profits.

Ne vous trompez pas mes amis, lorsque vous n’êtes pas d’accord, signer une pétition n’est pas une mauvaise chose, mais c’est peu efficace.

L’efficacité des courriers est redoutable, d’abord par la force de l’engagement que cela implique, mais aussi parce que vos lettres sont aussi autant de commencement de preuves pour préserver notre avenir commun.

Pour écrire au président c’est ici.
Pour écrire au Premier ministre c’est ici.

Écrire au ministre de la santé n’est pas très utile. Autant s’adresser à Dieu plutôt qu’à ses saints !

Il est déjà trop tard, mais tout n’est pas perdu. Préparez-vous !

Charles SANNAT

« Insolentiae » signifie « impertinence » en latin

Pour m’écrire charles@insolentiae.com
Pour écrire à ma femme helene@insolentiae.com

Vous pouvez également vous abonner à ma lettre mensuelle « STRATÉGIES » qui vous permettra d’aller plus loin et dans laquelle je partage avec vous les solutions concrètes à mettre en œuvre pour vous préparer au monde d’après. Ces solutions sont articulées autour de l’approche PEL – patrimoine, emploi, localisation. L’idée c’est de partager avec vous les moyens et les méthodes pour mettre en place votre résilience personnelle et familiale.

 « À vouloir étouffer les révolutions pacifiques, on rend inévitables les révolutions violentes » (JFK)

« Ceci est un article ‘presslib’, c’est-à-dire libre de reproduction en tout ou en partie à condition que le présent alinéa soit reproduit à sa suite. Insolentiae.com est le site sur lequel Charles Sannat s’exprime quotidiennement et livre un décryptage impertinent et sans concession de l’actualité économique. Merci de visiter mon site. Vous pouvez vous abonner gratuitement à la lettre d’information quotidienne sur www.insolentiae.com. »

Please complete the required fields.