Mes chères impertinentes, mes chers impertinents,

2 petits messages personnels !!

1/ N’oubliez pas de mettre l’adresse [email protected] dans votre carnet d’adresse afin d’éviter la censure des filtres des opérateurs et de recevoir les lettres d’informations quotidiennes.

2/ Pour mes abonnés à STRATÉGIES, si vous recevez un courriel de relance alors que vous vous êtes réabonnés, n’en tenez pas compte. Cela n’affecte ni votre abonnement ni vos accès. C’est juste un problème de bidule à machiner mal réglé, mais l’informaticien a trouvé ce qui n’allait pas… En cas de doute, vous connaissez l’adresse courriel : [email protected] ou [email protected]

Comme vous avez dû le voir, l’apercevoir ou le comprendre, il y a actuellement une chasse aux « fake news », ces fausses nouvelles qui peuvent effectivement induire en erreur les « internautes » éventuellement trop crédules ou trop stupides pour comprendre que le « Gorafi » est le site parodique de Figaro !

Évidemment, les lecteurs font très bien la différence, c’est juste que nos mamamouchis et les mamamouchettes nous prennent pour des imbéciles dangereux et qui potentiellement pourraient justement commencer à comprendre le petit jeu malsain de nos dirigeants si on laissait trop de liberté. D’où cette idée d’euthanasier tout débat sous un ministère de la vérité.

Bien entendu, de très nombreuses âneries circulent sur Internet. Mais… qui peut s’arroger le droit de dire ce qui est vrai ou faux, tout en sachant qu’avant de devenir vrai, certaines idées sont d’abord considérées comme fausses.

Par exemple, dire que les banquiers se retrouvent, et se mettent d’accord, pour « comploter » dans leur coin, contre l’intérêt général et pour leurs propres profits, cela est suffisant pour vous faire mettre à l’index et excommunier pour toujours par la nouvelle bien-pensance, et j’en sais quelque chose.

Pourtant, Mario Draghi, notre bon Mario, l’homme le plus puissant d’Europe, le banquier des banquiers, le grand timonier de l’euro, le gouverneur de la Banque centrale européenne lui-même vient d’être officiellement attrapé les mains dans le pot de miel (on peut remercier nos gentils partenaires allemands qui n’aiment pas la politique monétaire du sieur Draghi).

Mario Draghi mis en demeure de cesser d’être membre du club secret des banquiers appelé le groupe G30 par la médiatrice de l’Union européenne !

Le Médiateur européen est chargé du contrôle de l’Union européenne et siège à Strasbourg. Il sert d’intermédiaire entre les citoyens et les autorités européennes. À ce titre, le Médiateur européen renforce les droits des citoyens européens ainsi que le caractère démocratique de l’Union européenne.

Le Médiateur européen a pour mission d’enquêter sur des cas de « mauvaise administration » dans les agissements des institutions, des organes et des organismes de l’Union européenne. Le terme « mauvaise administration » désigne une situation dans laquelle une institution de l’Union enfreint les procédures administratives, les principes de bonne administration ou les droits de l’homme. Les cas de « mauvaise administration » concernent essentiellement les irrégularités administratives, l’injustice et les pratiques inéquitables, la discrimination, les abus de pouvoir, le manque ou le refus d’information ainsi que les retards injustifiés…

Rien que cela ! C’est important la démocratie en Europe voyez-vous, et la seule façon de renforcer la démocratie en Europe, ce n’est pas juste d’avoir quelques médiateurs, aussi utiles soient-ils… Mais d’avoir un véritable contrôle accompagné de sanctions pénales fortes. Alors nous pourrons parler de démocratie. Mais c’est un autre débat.

Voici la traduction de cet article du très sérieux Guardian à ce sujet

« Le président de la Banque centrale européenne s’est fait dire par le chien de garde de l’UE qu’il devrait cesser d’appartenir à un club secret de banquiers d’affaires.

Après une enquête d’un an, Mario Draghi a été informé mercredi par le Médiateur européen, Emily O’Reilly, que ses relations étroites avec le groupe G30 basé à Washington menaçaient la réputation de la banque, malgré ses assurances contraires.

Les membres de ce club exclusif, dont seulement deux des 33 membres actuels sont des femmes, sont choisis par un conseil d’administration anonyme.

Seule l’identité du président du conseil d’administration, Jacob A Frenkel, président de JPMorgan Chase International, a été rendue publique.

O’Reilly a noté le secret et le manque de transparence du groupe quant au contenu de ses réunions. Elle a également demandé que tous les futurs présidents de la BCE soient interdits d’adhésion au club, qui était auparavant nommé Groupe consultatif pour les affaires économiques et monétaires internationales.

Cette décision faisait suite à une plainte déposée par le Corporate Europe Observatory (CEO), une ONG basée à Bruxelles, qui affirmait que la relation étroite de Draghi avec le G30 était contraire au code d’éthique de la BCE.

Au cours de sa présidence de la BCE, M. Draghi, un économiste italien qui a précédemment travaillé chez Goldman Sachs, a assisté à quatre réunions du G30, en 2012, en 2013 et à deux reprises en 2015.

Mme O’Reilly a déclaré qu’il y avait un danger que l’indépendance de la banque pourrait être perçue comme compromise par l’implication de Draghi dans le groupe, dont les membres comprennent un certain nombre de gouverneurs de banque centrale, des banquiers du secteur privé et des universitaires. Le gouverneur de la Banque d’Angleterre, Mark Carney, en est membre. Mais Mme O’Reilly a dit qu’il n’y avait aucune preuve que des renseignements de nature délicate étaient échangés.

La médiatrice a déclaré : « La BCE prend des décisions qui affectent directement la vie de millions de citoyens. Au lendemain de la crise financière, et compte tenu des pouvoirs supplémentaires conférés à la BCE ces dernières années pour superviser les banques des États membres dans l’intérêt public, il est important de démontrer à ce public qu’il existe une séparation claire entre la BCE, en tant que superviseur, et le secteur financier qui est affecté par ses décisions. »

Mme O’Reilly a déclaré que toute réunion entre la BCE et le G30 devrait à l’avenir être rendue publique et que des résumés des discussions devraient être fournis.

Une plainte déposée en 2012 avait été rejetée par le médiateur, mais Mme O’Reilly a déclaré que les choses avaient changé et que la BCE n’avait pas montré comment le public avait bénéficié de l’adhésion de Draghi. La relation entre la banque et le G30 devrait être alignée sur certaines règles et certains codes de gouvernance propres à la banque, a-t-elle déclaré.

Un porte-parole de la BCE a déclaré qu’elle avait pris note de la décision et qu’elle répondrait en temps utile. »

La preuve que tout est parfaitement coordonné !

Cette information est capitale car elle montre à celles et ceux qui en doutaient encore, en le prouvant cette fois de façon incontestable, que tout est « organisé », tout est parfaitement « géré » de façon concertée.

J’ai toujours affirmé qu’il n’y avait aucune guerre des monnaies entre les grands blocs économiques, mais bien des interventions parfaitement coordonnées entre ces différents blocs, même s’ils peuvent savamment entretenir l’illusion de certains désaccords.

Ils finissent par se mettre d’accord dans quelques petits cénacles secrets et discrets, entre eux, pour gérer en dehors de tout processus démocratique digne de ce nom l’avenir de centaines de millions de gens à qui l’on ne demande même plus leur avis sur leur propre avenir.

Vous touchez du doigt pourquoi cette Europe-là est l’antithèse de la démocratie et de l’idée que l’on peut s’en faire.

Vous avez sous les yeux la négation du droit des peuples à disposer d’eux-mêmes, à commencer par le peuple de France.

Il est déjà trop tard, mais tout n’est pas perdu. Préparez-vous !

Charles SANNAT

« Insolentiae » signifie « impertinence » en latin
Pour m’écrire [email protected]
Pour écrire à ma femme [email protected]

Vous pouvez également vous abonner à ma lettre mensuelle « STRATÉGIES » qui vous permettra d’aller plus loin et dans laquelle je partage avec vous les solutions concrètes à mettre en œuvre pour vous préparer au monde d’après. Ces solutions sont articulées autour de l’approche PEL – patrimoine, emploi, localisation. L’idée c’est de partager avec vous les moyens et les méthodes pour mettre en place votre résilience personnelle et familiale.

« À vouloir étouffer les révolutions pacifiques, on rend inévitables les révolutions violentes » (JFK)

« Ceci est un article ‘presslib’, c’est-à-dire libre de reproduction en tout ou en partie à condition que le présent alinéa soit reproduit à sa suite. Insolentiae.com est le site sur lequel Charles Sannat s’exprime quotidiennement et livre un décryptage impertinent et sans concession de l’actualité économique. Merci de visiter mon site. Vous pouvez vous abonner gratuitement à la lettre d’information quotidienne sur www.insolentiae.com. »

Source The Guardian ici

Please complete the required fields.