Orange voit rouge, et pour tout dire, le titre de cet article est très bien trouvé.

Tenez, lisez et jugez par vous-même :

“L’opérateur historique est furieux de la volonté de l’Arcep, le gendarme des télécoms, de le réguler dans la fibre. A contrario, la concurrence applaudit. Elle qui a mené un lobbying intense contre Orange ces derniers mois.

Dans les colonnes du quotidien économique, Sébastien Soriano (le patron de l’ARCEP) a commenté un document mis en ligne au même moment par ses services, appelant à réguler Orange dans la fibre :

« Aujourd’hui, Orange est en avance car il a déployé la fibre plus vite dans les zones denses. Inversement, sur le reste du territoire, il n’a pas forcément intérêt à faire migrer ses abonnés ADSL vers la fibre. Au total, il y a un risque qu’Orange n’impose son rythme. Or on ne peut pas se permettre qu’un opérateur décide pour l’ensemble du marché. »

“Sur le fond, Orange estime que si ses rivaux sont en retard dans la fibre, c’est parce qu’ils n’ont pas daigné mettre la main au portefeuille. Ils ne doivent donc, suivant ce raisonnement, s’en prendre qu’à eux-mêmes. Agacé des « couinements » de ses concurrents auprès de l’Arcep pour revoir la régulation de la fibre, Stéphane Richard, le PDG d’Orange, s’est fendu d’une mise au point, fin juin, dans nos colonnes.”

C’est toujours la même chose et le même problème. Vous avez les bons élèves, qui investissent ou mettent de l’argent de côté et c’est le cas d’Orange qui a poursuivi des efforts considérables d’amélioration de ses réseaux, là où les autres encaissent l’argent des clients… pour payer notamment les crédits nécessaires à leur rachat !

On se retrouve donc à punir le mauvais élève. À la place d’Orange, il y a de quoi vraiment voir rouge.

Charles SANNAT

Lire la totalité de l’article ici sur La Tribune

Pin It on Pinterest