Il faut savoir que dans le fonctionnement de nos institutions, la loi européenne s’applique devant les droits nationaux.

Dit plus clairement encore, il n’y a plus d’indépendance légale, ni même de souveraineté, puisque le peuple français – mais c’est valable pour tous les peuples européens – ne vote plus ses lois. Les lois qui s’appliquent chez nous sont la transposition de lois européennes qui sont en réalité des directives rédigées par les Commissaires de l’Union européenne. Autant dire que tout cela fleure bon le communisme modernisé.

En attendant, la Chambre des Communes doit voter le premier projet de loi pour mettre fin à la primauté du droit européen sur le droit britannique une fois que le Royaume-Uni aura quitté l’UE en 2019.

C’est une information fondamentale mais aussi une conséquence très concrète et essentielle du Brexit.

Sortir de l’Europe cela signifie retrouver sa souveraineté car décider des lois est évidemment l’un des attributs qui définissent le concept même de souveraineté.

Cela devrait faire réfléchir l’ensemble des citoyens français. On peut décider de poursuivre l’aventure européenne, on peut ne pas être d’accord, en revanche nous devons tous avoir conscience, parce que c’est un fait, que l’Europe et la primauté du droit européen sur le droit national sont des principes qui nient notre droit à notre souveraineté.

L’Europe est donc bien par définition l’abdication de la France et la grande braderie des intérêts de son peuple.

Charles SANNAT

Source Euractiv ici

Please complete the required fields.



Pin It on Pinterest