Cet article n’est pas exceptionnel en soi, il illustre simplement une réalité, la triste réalité des compagnies de gaz de schistes aux Etats-Unis qui sont en train de toutes rendre, plus ou moins rapidement, l’âme.
La question est quand les défauts seront massifs et ils le seront bientôt croyez-moi, qui devra essuyer les pertes? Où se trouvent les milliards de dollars de crédits qui ont été octroyés? Il semblerait que les banques aient réussi encore une fois à les titriser et à en mettre un peu partout… comme en 2007/2008 il est très difficile de savoir qui détient quelles créances.
C’est aussi pour cette raison inavouable que chaque nouvelle baisse du pétrole entraîne une grande fébrilité sur les marchés financiers et boursiers.
Charles SANNAT

La chute des prix du pétrole oblige les sociétés pétrolières américaines à réduire leurs investissements.

Deux producteurs de pétrole de schiste américains ont annoncé la réduction de leurs dépenses et investissements à cause de la chute des prix du pétrole et ont révisé les prévisions de leur production de pétrole et de gaz. Les compagnies pétrolières se sont heurtées au déficit de financement, dont l’influence sur la quantité de production de pétrole ne cesse d’augmenter, rapporte Financial Times

La société Continental Resources d’Oklahoma envisage de réduire les dépenses de 66% en 2016, soit de 920 millions de dollars. L’année dernière les dépenses de la société avaient déjà été réduites de 46%.

Hess Corp., basé à New York, réduira ses dépenses de 40%, après les avoir réduites de 29% en 2015.

Les PDG des deux sociétés prônent le renforcement de l’austérité.

Continental et Hess sont les premiers parmi les sociétés pétrolières américaines à annoncer la réduction de leurs dépenses. Néanmoins, certains experts affirment que les autres compagnies pétrolières devraient rapidement suivre leur exemple.

Depuis le second semestre de l’année 2015, les petites et moyennes entreprises américaines de pétrole et de gaz ont accès au financement externe sur le marché des actions et des capitaux d’emprunt. Le coût du forage et de la complétion des puits sur le sol américain a également diminué (jusqu’à 40% dans certaines régions), mais cette baisse n’est en rien comparable à celle des prix du pétrole.

Les deux sociétés envisagent également de réduire leur production. Continental compte notamment diminuer sa production à 200.000 barils d’équivalent pétrole par jour, soit 5-9% de moins qu’en 2015. Selon Hess, son volume de production se situera entre 330.000 et 350.000 barils d’équivalent pétrole par jour, soit 7-12% de moins qu’au cours des neuf premiers mois de 2015. De janvier à septembre 2015, Continental avait augmenté sa production de 24-26% et Hess de 19%.

Les experts prévoient une réduction de 12% de la production de pétrole américain par rapport à l’indice maximal enregistré en avril 2015, réduction qui devrait s’opérer d’ici la fin de l’année 2016.

Source ici

Pin It on Pinterest