Malgré les prévisions négatives des experts qui ont suivi le référendum sur la sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne, l’économie du pays est dans le vert.

Même si en juillet dernier, lors du G20, le Brexit a été qualifié de menace la plus importante pour la croissance de l’économie mondiale depuis la crise des années 2008-2009, le PIB du Royaume-Uni a augmenté de 0,5 %.

Un chiffre qui dépasse celui prédit par des analystes de Bloomberg, de 0,2 %.

La croissance de l’économie du Royaume-Uni est due à la dynamique du secteur des services qui a augmenté de 0,8 % grâce à la hausse du chiffre d’affaires du commerce de détail et à la diffusion des superproductions « Jason Bourne » et « Star Treck ».

Cependant, la croissance britannique n’est pas stable. Ainsi, la part des services dans le PIB a cru de 0,6 %, tandis que la production et la construction ont freiné l’économie au troisième trimestre. Des experts lient ce déséquilibre à la dépendance actuelle dans les relations politiques entre le Royaume-Uni et les pays européens.

« L’économie devra s’adapter à une nouvelle relation avec l’UE, mais nous sommes tout à fait capables de surmonter des difficultés par nous-même », a déclaré le ministre britannique des Finances Philip Hammond.

Autre signal encourageant, le bénéfice de la Banque Lloyds Banking Group pour le troisième trimestre a atteint 1,9 milliard de livres contre 1,97 de livres pour la même période un an plus tôt.

Les organisations qui prédisaient un impact grave du Brexit sur l’économie doivent « se résigner », selon Ryan Bourne, chef de la division en charge de la politique publique au sein l’Institut des affaires économiques et responsable de l’aspect économique du Brexit. Après le vote du 23 juin, certains économistes avaient prédit le début de la récession au Royaume-Uni et un recul de son PIB de 1-1,2 %.

Source ici

Pin It on Pinterest