La jauge de pression sur le pipeline RN-Purneftegas

Ce qu’il faut bien avoir présent à l’esprit, c’est que le prix de l’énergie est une composante particulièrement essentielle de la formation de l’ensemble des autres prix puisque le pétrole rentre dans la composition ou le transport de tous les produits que nous consommons.

Le pétrole et l’énergie au sens large sont taxés dans tous les pays du monde à des degrés plus ou moins différents.

Si les prix de l’énergie baissent durablement alors cela peut entraîner une spirale déflationniste. Or la déflation est ce qui est le plus redouté par nos dirigeants, car la déflation comme le montre parfaitement le cas grec, conduit directement à l’insolvabilité généralisée des acteurs.

Charles SANNAT

Le glissement actuel de l’économie mondiale vers une récession est accompagné des phénomènes habituels que sont la chute de la cadence de production et la baisse des revenus de corporations. Toutefois, le fait que la baisse soit causée par des prix bas du pétrole est inhabituel, selon Oilprice.com.

“L’économie mondiale glisse vers une récession dont les signes se traduisent par des effets habituels comme la chute de la cadence de production, la baisse de l’indice du pouvoir d’achat, la croissance de l’offre et de la demande, la baisse des revenus des corporations, les prévisions d’inflation et les investissements des capitaux. Mais c’est une récession tout à fait inhabituelle, provoquée par une baisse des prix du pétrole”, estime James Hamilton, journaliste pour le site Oilprice.com.

La chute des prix du pétrole impacte l’économie américaine. “Quand les prix du pétrole baissent, les actions américaines baissent aussi”, fait-il remarquer. Alors la chute des prix du pétrole n’est pas vraiment une bonne nouvelle, estime le journaliste.

Le plus étonnant reste le lien entre la chute des prix du pétrole et la chute des marchés chinois. La situation de l’économie chinoise pourrait accentuer encore plus la baisse des prix du pétrole dans le cas d’une récession globale. Selon l’auteur de l’article, cela devrait provoquer l’inquiétude des Etats producteurs du pétrole.

L’économiste estime également que le chômage joue un rôle important dans la baisse des prix du pétrole, dont les conséquences sont lourdes pour les Etats-Unis. Du point de vue de M.Hamilton, les problèmes du secteur pétrolier sont liés à un taux de chômage élevé non seulement dans cette branche mais aussi dans celle des services et des fournisseurs de produits attachés au dit secteur.En 2008, lors du forum de Davos, l’économiste William White avait prévenu qu’une vague d’instabilité financière menaçait le monde depuis des décennies. Selon lui, le monde doit s’apprêter à une importante vague de défauts du paiement, conséquence de la hausse des dettes publiques.

Source ici 

Please complete the required fields.



Pin It on Pinterest