Le dossier Stratégies de janvier spécial “comment survivre à l’eurocalypse” est disponible dans votre espace de téléchargement!

“La France a encore perdu des parts de marché à l’exportation l’an passé malgré l’amélioration de la compétitivité-coût de ses entreprises, dont les effets sur les échanges extérieurs tardent à se manifester, selon une étude publiée lundi par l’institut COE-Rexecode. La part des exportations françaises de biens et services dans celles de la zone euro a ainsi reculé à 13,4 % l’an passé, soit 0,2 point de moins qu’un an plus tôt. Par comparaison, elle se situait à 17,0 % en 2000, un niveau qui, s’il s’était maintenu, signifierait que les exportations de la France seraient supérieures de 170 milliards d’euros à leur montant actuel” !!

Cette perte de parts de marché est profondément néfaste à notre pays. Le plus risible étant ce commentaire : “La compétitivité-coût de la France s’est pourtant améliorée ces dernières années grâce à la mise en place du crédit d’impôt compétitivité emploi (CICE) et des baisses de charges des entreprises.”

Sauf qu’encore une fois, la compétitivité est une chose totalement relative. Elle ne s’exprime pas en absolu mais en relatif. Si la compétitivité du voisin progresse plus vite que la vôtre qui progresse quand même, alors votre compétitivité en réalité se dégrade… en comparaison à l’autre !

Pour le moment, il est vrai que cette année, pour le coup, la compétitivité française s’est améliorée, même en relatif et même par rapport à nos voisins allemands, MAIS… un mouvement sur un an ne fait évidemment pas plus un mouvement de fond qu’une hirondelle ne fait le printemps ! Il en faut beaucoup !

Charles SANNAT

Please complete the required fields.



Pin It on Pinterest