La fin de la grosse cagnotte du vendredi 13 à cause des attentats?

C’est un article du Point qui nous apprend que depuis les attentats de Paris, la Française des jeux réfléchit à plusieurs pistes concernant son Super Loto, révèle « Le Parisien ».

« Et pour cause. Alors que les attaques terroristes ont coûté la vie à 130 personnes, l’opérateur de jeux se retrouve dans l’embarras et réfléchit à divers scénarios concernant sa super cagnotte. Pour se décider, elle organisera dans les prochaines semaines une étude auprès de ses 28 millions de joueurs. Ces derniers pourront choisir entre plusieurs options : conserver une supercagnotte, mais sans publicité, créer un tirage en hommage aux victimes ou alors ne rien changer au Super Loto, égrène le quotidien »…

Tout cela est totalement absurde et reste dans la droite ligne du politiquement correct étouffant et de l’euthanasie de la pensée qui ont justement conduit à ce drame.

Il n’y a pas à avoir peur du vendredi 13 lorsque l’on est la Française des Jeux, encore moins parce qu’il y a eu des attentats.

Dans cette logique de faire plaisir ou de ne prendre aucun risque de déplaire à qui que ce soit, on peut aussi supprimer le 13 du calendrier. En supprimant le 13 de chaque mois, on passerait donc du 12 au 14. Il y aurait donc un manque qui pourrait être comblé en rajoutant un jour de plus. Ainsi les mois de 30 jours en compteraient 31 et ceux de 31 monteraient à 32.

Dans la mesure où les gens nés le 13 n’auraient plus de jour d’anniversaire on reporterait leur anniversaire au 31 ou au 32 du mois concerné replaçant le 13 concerné.

Il faudrait procéder au changement de tous les papiers d’identité des gens concernés.

On pourrait de façon plus générale supprimer du calendrier tous les jours qui portent la poisse, or, la poisse, je vous assure ce n’est pas que le vendredi 13.

Lorsque je vois ce pays raisonner aussi mal, tout mélanger et tout confondre, l’important et l’insignifiant, je me dis, que cette guerre contre le terrorisme n’a pas intérêt à être trop dure, parce que sinon, nous sommes sûrs de la perdre.

Charles SANNAT

Source ici