Patrick Bernasconi et Georges Dassis sont coprésidents du Conseil économique, social et environnemental (CESE). Pour eux, “la révision de la directive sur les travailleurs détachés est urgente et indispensable dans une union qui doit constamment viser une harmonisation vers le haut”.

“Chaque année, le nombre de travailleurs détachés n’a cessé de croître, engendrant des dysfonctionnements entre pays. Le CESE français, notamment, a mis en évidence des fraudes massives, le recours à une main-d’œuvre sous-payée et privée de droits ou encore la création de fausses entreprises.

La révision de cette directive est donc urgente et indispensable, mais s’oppose encore à une certaine résistance. Au niveau européen, elle divise les entreprises, notamment parce qu’elle effraye celles des États membres où les salaires sont les plus bas.”

Les réticences sont très fortes de la part évidemment des pays qui gagnent énormément grâce à ce système et les principaux bénéficiaires sont les pays de l’Est.

Les pays de l’Est donc pour la concurrence sociale et le dumping social évident.

L’Irlande, le Luxembourg et désormais même le Portugal pour le dumping fiscal.

Reste, au milieu, de grands pays condamnés à un appauvrissement logique, incapables qu’ils sont de protéger aussi bien leur marché d’une concurrence déloyale que leurs recettes fiscales.

Aberration d’une construction européenne totalement défaillante parce qu’idéologue.

Ceux qui veulent aller plus loin peuvent lire l’article entier consacré à ce sujet sur le site Euractiv.fr

Charles SANNAT

Source Euractiv.fr ici

Photo via VisualHunt

Please complete the required fields.



Pin It on Pinterest