Ex-patron de McDonald’s : les robots finiront par supplanter les employés

Si vous allez dans un restaurant McDonald’s, vous remarquerez que, dans le plus grand des silences médiatiques, les « équipiers » qui prenaient les commandes sont en train de disparaître alors que les « clients » sont priés de suer sang et eau sur des bornes incompréhensibles pour « commander » leurs menus.

Résultat plus rapide ? Évidemment non ! C’est même l’inverse : c’est beaucoup plus long car là où l’équipier passait commande en quelques secondes, il nous faut quelques minutes. Après, comme le nombre de gus a été réduit, eh bien on attend tout pareil qu’avant dans une queue… que la commande soit prête et assemblée.

Résultat ? En dehors de toute malbouffe, je ne mets plus les pieds chez McDo, et que les avocats de la chaîne se rassurent, je n’appelle pas au boycott : chacun fait bien ce qu’il veut, mais quand je vais au resto, je n »y vais pas pour faire le boulot du restaurateur, et encore moins la vaisselle, alors que chez McDo on me demande :

1/ de passer moi-même la commande ;

2/ de débarrasser la table…

Franchement, autant rester chez soi, McDo me rappelle ma femme…. (c’est de l’humour).

Ha… dernière chose, pour ceux qui veulent vraiment manger un truc gras, plein de calories, de graisse plus ou moins saturée et de ketchup sucré, vous pouvez quand même aller au Drive… Là ils sont encore obligés de prendre votre commande, mais pour combien de temps !!

Tous les jobs disparaissent, même ceux de McDo… Tout un symbole.

Charles SANNAT

Préparez-vous! Pour vous abonner à la lettre STRATEGIES c’est ici!

Il faudrait se méfier des hommes politiques qui appellent à augmenter les salaires, estime Edward Rensi.

La hausse du salaire moyen aux États-Unis est le thème préféré des hommes politiques populistes et leurs promesses, qui ne tiennent pas compte des réalités du secteur de la restauration rapide, poussera les entrepreneurs à réduire le nombre d’emplois, avertit Edward Rensi, ancien directeur général de McDonald’s. Il serait plus facile d’acheter des robots que de payer aux employés 30 dollars par heure, a-t-il déclaré.

« Si vous ne pouvez pas verser aux gens un salaire raisonnable, vous confierez ce travail à des machines. Ce n’est rien autre que le bon sens. Et cela se passera, que ça vous plaise ou non. Plus vous soutenez la hausse des salaires, et plus vite cela se produira », a indiqué M. Rensi.

En essayant d’augmenter les revenus de la population et de soutenir ainsi l’économie américaine, les autorités ne créent que des problèmes à long terme. À mesure que les machines se développent et que leur coût baisse, l’emploi devient moins accessible pour la main-d’œuvre, ce qui signifie la croissance des inégalités, souligne l’expert.