Blague du jour : « Paris Plages se fera sans sable »

Comme nous nageons en plein ridicule, nous allons avoir droit à une opération « Paris-Plages » sans la mer et sans le sable. À la place, vous aurez droit à des « espaces végétalisés », donc sans doute quelques plantes qui vont se dessécher, et une serviette sur du bitume.

Bref, aucune raison d’aller à Paris-Plages soit pour se cramer les fesses sur du goudron fondant ou de se gratter les mêmes fesses sur de la paille.

Dans tous les cas, je trouve que tout cela est tout simplement ridicule.

« L’affaire Lafarge prend de l’ampleur : Anne Hidalgo a décidé que Paris ne se fournira plus avec le sable du groupe.
La Mairie de Paris boycotte le sable de Lafarge, après l’affaire du « Mur » de Donald Trump.

Le bad-buzz continue pour Lafarge qui, je vous le rappelle, a été vivement critiqué parce que son patron a un peu vite expliqué qu’il ne voyait pas d’inconvénients à fournir du sable pour la construction du fameux Mur de Donald Trump, qui va séparer le Mexique des États-Unis. Volée de bois vert au plus haut sommet de l’État – François Hollande s’en était même ému. En conséquence : la Mairie de Paris vient d’annoncer qu’elle se passerait désormais du sable Lafarge pour Paris-Plages.
« Nous avons décidé de ne pas reconduire ce partenariat », annonce mairie de Paris.

Autre affaire : au-delà du Mur, Lafarge a reconnu avoir également conclu des arrangements avec des groupes armés en Syrie – et indirectement avec l’État Islamique – pour maintenir l’activité d’une cimenterie entre 2013 et 2014.

Une élue du parti de gauche se félicite : « Le sable que nous allons mettre sur les plages porte du sang. On ne peut pas cautionner ça. »

Et d’où viendra le sable désormais pour « Paris-Plages » ?

Plus de sable. Fini. Plage sans sable, serviette sur le béton ! Selon la mairie de Paris, citée par 20 minutes : « Des espaces végétalisés, de nombreuses activités. » Cette affaire « Lafarge » montre la responsabilité sociale des entreprises qui doivent tenir compte de l’opinion publique, mais aussi de leurs salariés, de leurs clients (en l’occurrence Mairie de Paris). »

Vous pouvez aller voir la vidéo directement sur le site d’Europe 1

Charles SANNAT

Source ici Europe 1